Jean-Baptiste François DESORIA (Paris 1758-Cambrai... - Lot 23 - Kâ-Mondo

Lot 23
Aller au lot
Estimation :
6000 - 8000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 5 700EUR
Jean-Baptiste François DESORIA (Paris 1758-Cambrai... - Lot 23 - Kâ-Mondo
Jean-Baptiste François DESORIA (Paris 1758-Cambrai 1832).
Le traité de Campo-Formio.
Toile, signée et datée en bas à droite : Desoria / an. V.
(Restaurations et manques).
D. : 73 × 92,5 cm.
Sans cadre.
Le 2 mars 1796, Bonaparte est nommé "général en chef de l'armée d'Italie" par Lazare Carnot, membre du Directoire. La première campagne d'Italie (1796-1797) peut alors commencer : la rapidité de manoeuvre du général compense l'infériorité numérique de son armée. En une année, Bonaparte vole de victoire en victoire : Montenotte le 12 avril 1796, Millesimo le 13 avril 1796, Dego le 15 avril 1796, et surtout Rivoli le 14 janvier 1797.
La France impose finalement à l'Autriche la paix de Campo-Formio le 18 octobre 1797. Celui-ci met fin à la première campagne d'Italie et partage les provinces entre les deux puissances européennes : l'Autriche obtient Venise et la France obtient la Belgique.
C'est ce traité qui est célébré dans notre tableau : la composition en frise présente le jeune général victorieux se tenant fièrement devant une allégorie de la République française, symbolisée par le coq, le faisceau des licteurs et les couleurs tricolores. Au pied de la République, deux putti soutiennent une corne d'abondance, symbole de la prospérité de la France.
De sa main droite, Bonaparte désigne l'aigle de l'Empire autrichien confirmant ainsi la soumission de l'Autriche. De même, les nombreux drapeaux d'états italiens que soutient le personnage casqué derrière le général, rappellent la domination française. À l'extrême gauche, la Papauté, identifiable par les deux clés, semble contrainte de retirer sa tiare pour revêtir le bonnet phrygien, symbole de la République française, que lui tend avec insistance la figure à sa droite.
Méconnu aujourd'hui, Jean-Baptiste François Desoria expose pourtant très régulièrement au Salon dès 1791.
Un portrait par lui de Constance Pipelet à l'Institute of Art de Chicago est signé et daté de la même anné