BAUDELAIRE (Charles). Les paradis artificiels.... - Lot 95 - Kâ-Mondo

Lot 95
Aller au lot
Estimation :
8000 - 15000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 40 000EUR
BAUDELAIRE (Charles). Les paradis artificiels.... - Lot 95 - Kâ-Mondo
BAUDELAIRE (Charles). Les paradis artificiels. Opium et Haschich.
Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1860. In-12 (ou 16), demi-chagrin brun époque, dos à 4 nerfs, titre doré. [2] f. (faux-titre, titre en rouge et noir), IV p. (dédicace à J.G.F.), 304 p., [1] f. (table), reliure de l'époque demi-chagrin brun, dos à 4 nerfs, auteur et titre dorés (dos lég. passé).
Édition originale.
Envoi autographe signé de Charles Baudelaire " à M. Gustave Rouland " signé " C. B. ".
Si l'on ignore quelles ont été les relations entre le poète et Gustave Rouland (1806-1878), ministre de Cultes et de l'Instruction publique de Napoléon III, l'on sait que Baudelaire fit appel au moins par deux fois à l'aide du ministère. Et au début de 1859, il reçut une gratification pour sa traduction de Nouvelles d'Edgar Allan Poe. Quoiqu'il en soit, Gustave Rouland semble s'être attiré les bonnes grâces du monde littéraire de son temps, y compris du cercle des poètes " bohèmes " parisiens.
(Oberlé, Poulet-Malassis, un imprimeur sur le Parnasse, n°228. Vicaire, I, 345-346. Carteret, I, 126. Clouzot, p. 27. C. Baudelaire, Lettre à Armand Du Mesnil, du 31 décembre 1857 ; à Gustave Rouland, du 27 janvier 1859).
Provenance : Fonds issu de l'union de Louise Giroux, fille d'André Giroux, et Gustave Hippolyte Rouland, fils de Gustave Rouland (Ministre de l'Instruction publique et des cultes sous Napoléon III), puis par descendance.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue